Navigation

L'incapacité de discernement en fin de vie et son évaluation

 

Pour les processus de décision en fin de vie, il est capital de savoir si une personne est capable de discernement, par exemple pour que des directives anticipées puissent entrer en vigueur. Le projet étudie par conséquent les conditions requises et les possibilités qu’ont les médecins d’évaluer la capacité de discernement.

Description du projet (projet de recherche terminé)

La dernière phase de vie de l’être humain s’accompagne souvent d’un état d’incapacité de discernement. Or, en fin de vie, il se présente souvent des situations où des décisions complexes, requérant la capacité de discernement, doivent être prises. Il faut donc que les médecins puissent vérifier si la patiente ou le patient est capable de discernement. S’il apparaît que la personne n’est pas (ou n’est plus) capable de discernement au sujet d’une décision particulière, cela a des conséquences sur la marche à suivre, par exemple sur l’entrée en vigueur de directives anticipées ou sur la mise en place d’un représentant thérapeutique.

Objectif

Dans une première phase du projet, nous étudions les documents portant sur ce sujet et analysons les instruments d’évaluation existants. Dans une deuxième phase, sur la base d’une enquête auprès de 300 médecins, nous étudions de manière empirique la pratique d’évaluation actuelle en Suisse. La troisième phase consiste à intégrer et discuter les résultats du point de vue éthique ainsi qu’à émettre des propositions dans le but d’élaborer des directives. Cette phase est accompagnée par un groupe multidisciplinaire d’experts internationaux. De plus, il est prévu d’élaborer un module d’apprentissage pour les médecins.

Importance

Le projet apporte une contribution importante à l’établissement de normes nationales d’évaluation de la capacité de discernement. Celles-ci sont décisives dans le contexte de l’acceptation croissante du concept d’autodétermination du patient. Les résultats de ce projet de recherche pourront être utiles à l’élaboration future de principes directeurs, par exemple par l’Académie Suisse des Sciences Médicales.

Titre original

Decision-making incapacity at the end of life and its assessment in Switzerland

Direction du projet

  • Prof. Dr. Nikola Biller-Andorno, Institut für Biomedizinische Ethik, Universität Zürich
  • Dr. Manuel Trachsel, Institut für Biomedizinische Ethik, Universität Zürich

 

 

Plus d’informations sur ce contenu

 Contact

Prof. Dr Nikola Biller-Andorno Universität Zürich
Institut für Biomedizinische Ethik
Pestalozzistrasse 24 8032 Zürich +41 44 634 40 81 biller-andorno@ethik.uzh.ch

De ce projet